Post’Info a ouvert ses colonnes à trois (3) directeurs centraux que sont le directeur du Courrier (DC), M. Sibiri Michel Kabré, la directrice des Ressources humaines (DRH), Mme Céline Ilboudo et le directeur du projet Post’Eclair (DPE) M. Noufou Ouibga.

 

 

Chacun de ces directeurs, en charge d’un département important, s’est porté volontiers à nos questions en donnant la lecture qu’il a de son champ de compétence. DRH et DPE qui viennent d’être promus à leurs fonctions respectives à l’occasion des récents ajustements intervenus dans l’équipe de direction, donnent, chacun en ce qui le concerne, la touche personnelle qu’il compte apporter pour réussir sa mission.

Sibiri Michel KABRE, Directeur du Courrier :
Post’Info : Il est de notoriété que les produits courrier sont en perte de vitesse. Faut-il s'y résigner ou alors avez-vous des recettes pour redresser la barre au niveau national ?
Les statistiques de l’Union Postale Universelle sur le trafic du courrier traité par les opérateurs désignés font ressortir une baisse tendancielle du courrier des ménages.
Ce phénomène est également constaté au Burkina Faso où les recettes d’affranchissement baissent chaque année. De plus en plus, pour des raisons de commodité, de coût et de délais, les voies électroniques sont privilégiées pour les échanges de correspondances privées en lieu et place de la lettre ordinaire.
Face à cette baisse, on enregistre une croissance continue du courrier d’entreprise. En effet, les recettes liées à ce produit, à la date du 31 juillet 2013 ont accru de 20% par rapport à la même période de l’année précédente. Et cette situation peut s’améliorer si la qualité de nos prestations est davantage soignée et si nous entretenons des relations commerciales bien suivies avec les entreprises générant de grandes quantités de factures.
Au niveau de l’Etat et de ses démembrements également, de fortes potentialités de recettes existent si la SONAPOST arrive à assurer un traitement satisfaisant du courrier officiel.
Il ne s’agit donc pas de se résigner. Il faut juste prendre en compte les changements d’habitude des clients, les différents modes de paiement des taxes d’affranchissement qui leur sont proposés : affranchissement en numéraire, règlement par virement bancaire. Ces modes de paiement contribuent à réduire ou se substituent à l’usage du timbre poste sans que cela ne remette fondamentalement en cause les recettes du produit courrier en général.
Post’Info : Comment voyez-vous la philatélie dans 20 ans au Burkina ?
Le développement de la philatélie est inscrit au programme de la Stratégie postale de Doha. Son importance pour les Pays-membres de l’UPU et la source de revenus non négligeables qu’elle représente sont reconnues. Pour mieux la promouvoir, il a été créé au sein du Conseil d’Exploitation Postale (CEP), l'Association Mondiale pour le Développement de la Philatélie (AMDP) dont l'objectif est de développer et promouvoir la philatélie grâce à un dialogue continu et positif entre les partenaires du secteur philatélique et les opérateurs désignés.
Au niveau du Burkina Faso, en s’inspirant de l’expérience des autres opérateurs désignés, la SONAPOST a opté de cultiver le goût pour la collection des timbres poste au sein des jeunes. A cet effet, un programme d’installation de clubs philatéliques dans les établissements scolaires a été élaboré et est en cours d’exécution. Parallèlement à cela, des expositions philatéliques sont organisées à l’attention du public pour faire découvrir les différentes fonctions des figurines postales et susciter son intérêt à l’activité philatélique.

Dans la mesure où la fonction philatélique du timbre poste est en train de prendre de l’importance par rapport à son rôle de moyen d’affranchissement, On peut penser que ces initiatives feront naître des vocations de philatélistes dans 20 ans au Burkina Faso.
Post’Info : Quels pourraient-être les produits de substitution ?
Les produits traditionnels de la poste demeurent, pour leurs fonctions, des besoins pour la clientèle. Ces produits sont simplement offerts sur des supports qu’il faut adapter à l’évolution technologique. Comme l’a dit le Secrétaire général de l’UPAP, les prestations postales sont comparables à des bijoux en or. Le métal garde toujours sa valeur. Mais quand le bijou n’est plus à la mode, il suffit de le fondre et de lui redonner le design voulu.
Il s’agit plus d’introduire les nouvelles technologies et d’améliorer la qualité des prestations, que de chercher nécessairement à les substituer. Cela devrait aussi s’accompagner de stratégies de diversification.

Céline ILBOUDO, Directrice des Ressources Humaines
Post’Info : Quel est l’état actuel des ressources humaines à la SONAPOST ?

Au 19 août 2013, nous avons un effectif total de 1009 agents. Cet effectif (permanent) inclut également :
- 5 administrateurs en détachement,
- 1 inspecteur en détachement
- 3 agents en disponibilité.

La répartition suivant la catégorie s’établit comme suit :
Agents d’exécution (première catégorie) : 751
Hommes : 492
Femmes : 259
Agents de maitrise (deuxième catégorie) : 164
Hommes : 107
Femmes : 57
Cadres (troisième catégorie) : 94
Hommes : 82
Femmes : 12

Post’Info : Avec une telle configuration, peut-on bouger des montagnes ?
Je suis tentée de répondre affirmativement car avec plus de mille (1.000) agents, nous pouvons effectivement réaliser de grandes choses dans l’optique de l’atteinte de nos objectifs et ce, malgré un environnement très concurrentiel et en pleine mutation. Mais tout dépendra de la gestion efficiente de ses RH par un management qui doit être suffisamment stratégique de sorte à motiver et mobiliser ces ressources humaines, afin qu’elles puissent à leur tour « bouger des montagnes » comme vous l’avez si bien dit.

Post’Info : Quels sont les défis actuels de la DRH ?
Comme vous le savez, la politique Ressources Humaines de la SONAPOST vise à terme plusieurs objectifs qui sont :
- Stratégique : permettre aux directions d’assurer la qualité et la continuité du service au public, ainsi que la mise en œuvre des politiques qui en découlent ;
- Opérationnel : assurer la gestion, l’optimisation et la valorisation des moyens humains et organisationnels de l’entreprise dans le respect des enveloppes financières, des textes législatifs et réglementaires.
- Humain : assurer l’accompagnement humain et social à travers la prise en charge personnalisé des agents tout au long de leur carrière.
Pour ce faire, l’instauration d’un véritable consensus en vue de favoriser l’adhésion du maximum d’agents à ces objectifs est indispensable. Ce consensus ne peut être effectif que par le biais des partenaires sociaux que sont les représentants du personnel et les structures associatives.

A ce titre, plusieurs défis se présentent effectivement à la DRH, parmi lesquels on peut citer:

• L’informatisation de la gestion des ressources humaines (mise en place d’un SIRH) ;
• L’élaboration et la mise en place d’outils de GRH ;
• La mise en place du nouveau système de programmation et d’évaluation des agents ;
• La finalisation du répertoire des emplois qui devra déboucher sur l’élaboration des fiches de poste ;
• La poursuite du dossier CARFO relatif à l’actualisation du barème de solde pour le calcul des cotisations sociales et des pensions de retraite des agents,
• L’amélioration du Régime médico-social ;
• Le renforcement du climat social ;
• La mise en place d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

Post’Info : Quel sera votre apport personnel dans la gestion des RH à la SONAPOST ?
Le capital humain représente pour la SONAPOST sa principale richesse. En effet, par exemple pour le cas de la DCM, c'est par l'intermédiaire des commerciaux, au contact des clients, que la SONAPOST (entreprise commerciale) va pouvoir améliorer sa stratégie commerciale ; c'est grâce à la motivation, savoir-faire, à l'expérience de ces agents qu’elle va pouvoir obtenir des résultats de qualité et donc de valeur supérieure... Ce qui induit donc que le levier de performance d'une entreprise est véritablement aujourd'hui ses Ressources Humaines. A ce titre, je vais m’atteler à :
• moderniser et professionnaliser la GRH (faire en sorte de passer d’une gestion opérationnelle des Ressources humaines à une gestion stratégique des Ressources humaines). Ce qui implique l’élaboration et la mise en œuvre d’outils RH pour moderniser les différentes politiques RH (recrutement, évaluation, formation…) ;
• placer les RH comme acteurs principaux de la performance, et donc au centre des préoccupations de notre entreprise ;
• tout mettre en œuvre afin d’avoir une vision globale de la gestion des ressources humaines et de l’intégrer aux principaux enjeux organisationnels de la SONAPOST.

En somme, mettre en œuvre une Gestion des Ressources Humaines efficace qui est aujourd'hui essentielle pour se démarquer sur des marchés de plus en plus concurrentiels et où la qualité des produits et services, ainsi que l'éthique des entreprises qui les produisent sont des critères de sélection pour les différentes parties prenantes.


Noufou OUIBGA, Directeur du Projet Post’Eclair
Post’Info : Comment se comporte Post’Eclair aujourd’hui sur le terrain ?
Je voudrais tout d’abord vous adresser mes remerciements pour l’opportunité qui m’est offerte pour aborder des questions liées au développement du produit POST’ECLAIR.
Post’Eclair est assez compétitif dans le segment de l’express au plan national. Le chiffre d’affaires généré au titre de ce produit est passé de 183 767 814 FCA en 2010 à 322 328 650 FCA en 2012.
Le nombre d’envois traités au cours de cette même période a évolué positivement passant de 104 874 envois en 2010 à 163 723 envois en 2012. Cette tendance positive est également observée en 2013.
Le nombre de contrats pour la collecte et la distribution des envois est, à la date du 30 juin 2013, de 152. Nous pouvons donc dire que le produit se porte bien.
Les efforts entrepris au plan commercial et marketing ainsi que dans le domaine de l’exploitation ont permis d’améliorer son positionnement. Ces efforts doivent être poursuivis en mettant l’accent sur la modernisation des processus d’exploitation et sur l’amélioration de la qualité de service afin de répondre aux besoins de la clientèle.

Post’Info : Vous venez d’être nommé directeur du projet, quelles idées avez-vous pour Post’Eclair ?
Les clients attendent de Post’Eclair un service fiable dans les domaines essentiel que sont la distribution, la fourniture des preuves de distribution.
Pour répondre à leurs attentes, il nous faut poursuivre les efforts déjà entrepris pour améliorer le positionnement du produit en mettant en place un dispositif opérationnel permettant de garantir une amélioration continue de la qualité de service. Il s’avère alors nécessaire de réexaminer les processus d’exploitation en intégrant des éléments permettant de fixer des objectifs à chaque maillon de la chaîne d’acheminement et de distribution. Cette approche favorisera l’évaluation périodique des performances des maillons collecte, transport et distribution aux fins de définir les mesures à mettre en œuvre pour l’atteinte des objectifs de qualité fixés pour le produit sur les différentes liaisons. L’utilisation du système IPS pour assurer le suivi électronique des envois Post’Eclair dans les bureaux informatisés est également envisagée. Des initiatives seront aussi développées pour permettre aux clients d’avoir des informations sur la livraison de leur envoi par mail ou par SMS.
Post’Info : Quels sont les défis auxquels le produit est confronté ?
Post’Eclair doit faire face aujourd’hui à une concurrence de plus en agressive exercée par les transporteurs et les Sociétés privées de messagerie. Les expéditions faites par le grand public échappent complètement à Post’Eclair au profit des transporteurs. Ce segment représente moins de 1% dans les chiffres d’affaires des trois dernières années. Au niveau des grands comptes, il est observé actuellement une désaffection de certains clients généralement non satisfaits par nos performances en terme de délais de livraison.
Pour inverser cette situation et profiter des réelles opportunités de croissance dont regorge le marché actuellement, nous devrions rapidement améliorer les délais de livraisons. Pour ce faire, il faut réorganiser et renforcer le dispositif mis en place pour la collecte et la distribution au niveau du projet et dans les bureaux de poste à fort trafic. Il faut également mener des actions auprès des sociétés de transport pour obtenir un acheminement de qualité des dépêches postales.
Post’Info : Quel sera votre touche personnelle pour un plus grand dynamisme du produit Post’Eclair ?
La conquête des clients dans le marché de l’express dépend en grande partie de la qualité de service offert. Nous allons donc axer nos efforts sur les actions pouvant contribuer à garantir une amélioration continue de la qualité de service sur tout le réseau. Il faut pour ce faire privilégier une démarche participative qui permettra d’impliquer fortement l’ensemble des acteurs de terrain (receveurs, chefs d’agence Post’Eclair, agents) dans la définition et la mise en œuvre de ces actions d’amélioration. Ces actions devront inclure l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans l’exploitation du produit.
La diversification de l’offre est également un élément clé permettant de répondre aux exigences de la clientèle : Nous mènerons la réflexion sur les possibilités d’offrir dans le futur des services express au choix des clients : Livraison express le même jour avant 12H00, Option de livraison avec un jour choisi.
L’augmentation du chiffre d’affaires de Post’Eclair nécessitera également la conquête du grand public. A cet effet, des initiatives seront développées pour nouer des partenariats avec certaines sociétés de transport aux fins d’assurer la collecte à partir des auto-gares.